13 mai 2011

Coma Berenices

Guérie, guérie de « ça », je ne le serai jamais.
C’est impossible.
J’aurai toujours un impitoyable problème avec la bouffe.
C’est génétique.
Ou.
Ou merde.
Je ne sais pas.

J’aurais préféré….

Tais-toi !

La boulimie augmente.
Vomir est devenu un automatisme.
Ma psy dit qu’avec tous les RDV
En ce moment…
Toutes ces interactions sociales…
Je passe mon angoisse sur la
Bouffe.

« Mais si cela continue, vous allez
Vous épuiser
Il faudra faire
Quelque chose ».

J’attends le «  quelque chose ».
Parce que je n’en peux plus, de courir acheter de quoi vomir, ingurgiter à peine sortie du magasin, encore, manger, vomir, manger, vomir. Sans fin. Jusqu’à ce que la fatigue me fasse m’endormir, aux alentours de deux heures du matin.

Après-midi avec une amie de mon âge.
Fine, si fine.
Maigre, si maigre.
Belle, si belle.
Mère, mais brindille.
Résultat, des envies de mutilations une fois la jeune fille rentrée chez elle.
Hier aussi, des envies.
Ou avant-hier.
Je ne sais plus, ou juste qu’il n’était pas là, et qu’il a caché les cutters.

Comme s’il savait.

Et puis j’ai regardé mes bras striés de partout de larges lignes blanches, de cercles laissés par les brûlures. Je me suis dis non, t’es bien assez moche comme ça. Casse-toi un bras, ça laissera moins de traces.

« Etoiles esseulées,
Rêvant de pureté… »

Vieux jogging.
Teee-shirt informe.
Finis les efforts pour lui plaire, être féminine.
Finis.
Je ne peux plus.
Je veux disparaître.
Me fondre derrière des tissus trop grands.

Il part quatre jours.
Qu’importe, je ne mangerai pas.
Je ferai comme avant, je mâcherai, je recracherai.
Et merde, je trouverai bien un moyen.
C’est ça où je me saigne.
Aux quatre veines.
Mylène…

Je me déteste.
La haine est un euphémisme.
Laissez-moi.
Laissez-moi dans ma connerie !
Toi, va travailler, laisse-moi seule !
Pas la peine de dire la vérité,
De dire que c’est mal.
Je m’en contre-balance totalement.

Elle me manque.
Celle qu’on nomme « Ana ».
Elle me rendait heureuse.

Posté par Elannesse à 19:07 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Coma Berenices

    Si j'avais une fille, je proscrirais le prénom Anna (ou Ana, plus rare comme orthographe). Peur que ça lui porte malheur. Cela dit j'aurai pas d'enfant, trop de problèmes.

    Posté par lulu, 20 mai 2011 à 12:39 | | Répondre
Nouveau commentaire